Avertir le modérateur

26/03/2007

UDF : mission impossible en Gâtine

L'UDF et son fier chevalier orange n'en sont certes pas à un combat donquichotesque près. Et les militants du parti centriste révolutionnaires auront beau jeu de me répondre que quelques moulins (à parole médiatique), déjà, ont rendu les armes

Mais dans nos riantes Deux-Sèvres, tout de même, le défi est de taille : comment diable un candidat de l'UDF, qui se présenterait aux législatives face à ... un Jean-Marie Morisset pourrait-il  bien faire entendre sa différence ? Des élus de droite du département passés à l'UMP en 2002, le président du conseil général et député de Gâtine est le seul persuadé que ça n'a rien changé : bonnet blanc et blanc bonnet, quoi.

medium_nounours.jpg

Mais surtout, ça fait bien longtemps que J2M pratique sur son terrain ce que le chevalier Bayrou appelle de ses voeux au lendemain du 6 mai : la paix avec ses prochains, à gauche, au centre, et à droite. Dans sa circonscription, il n'y a que des "chères amies, chers amis", et le président du département n'a de cesse que de filer des ronds pour les projets de tout le monde.

Un exemple ? Avant 2001, et malgré le nombre incalculable de fois où le maire socialiste de Parthenay d'alors lui avait méchamment tiré dans les pattes, il n'a eu de cesse d'arriver à  "bien s'entendre" avec Michel Hervé. Au grand dam de certains de ses amis de droite, plus engagés que lui, et qui ont été jusqu'à lui faire, un temps, le vilain procès d'intention de faire le lit de la gauche en Gâtine, eh oui...

L'UDF départemental a juré de présenter un candidat dans chacune des quatre circonscriptions des Deux-Sèvres. Pour Parthenay, la perle rare n'a pas encore été dévoilée...  Existe-t-elle seulement ? En Gâtine, trouver la personne capable de faire la différence, au centre, avec Jean-Marie Morisset, UDF mal reconverti en UMP, voilà qui ressemble furieusement à une mission impossible.

 

En bref

RENGAINE

Cette petite chanson, pour ce que m'inspire comme commentaire la proposition de Ségolène Royal d'avoir un drapeau dans chaque maison pour pavoiser le jour du 14 juillet... et tout ce qui s'en dit.



podcast
 

FAUSSE NOTE

Une information publiée ici sur le très intéressant blog des journalistes Vincent Nouzille et Hélène Constanty, auteurs d'un remarquable livre sur le lobbying à l'Assemblée nationale :

Ségolène Royal, députée du Mellois, se demande comment faire pour que les usines Rhodia-Danisco n'aient pas à payer de taxe sur l'utilisation du charbon...

J'ai mis mon commentaire là-bas, allez-y voir si ça vous chante. Mais vous n'êtes pas obligé de fredonner la Marseillaise...

19/03/2007

L'autre moustachu qui voudrait être candidat

Il n'a pas besoin de 500 signatures celui-ci, seulement de l'aval de son parti. Mais, pour Eric Gautier, actuel suppléant de la (encore) députée des Deux-Sèvres Ségolène Royal, c'est mal parti. On ne sait pas bien en quoi il a démérité, le moustachu président du pays mellois, mais en retour de ses bons et loyaux services auprès de la Dame, il a eu droit à quoi ?

medium_parachute-m.2.gif 

Une candidate parachutée par le PS national, validée sans moufter, et surtout sans voter, par le PS départemental.

Il en aurait avalé sa moustache, le "dépité suppléant", comme s'est empressé de le surnommer un de ses adversaires de droite au conseil général !

Heureusement, Eric Gautier a des amis, à gauche, qui n'ont pas apprécié non plus qu'on les mène à Batho (*) comme le veau à l'abattoir : ils ont monté un fan club ! Et pour se faire connaître, ils ont créé un blog. Qui ne s'attendait visiblement guère à être lu, et encore moins commenté, jusqu'à ce petit billet paru le 15 mars dernier dans la NR (merci, la NR !) révélant son existence..

Pour l'instant, le moustachu du Mellois s'est bien gardé de réagir, y compris sur son propre blog. Les instances fédérales du PS n'ont pas moufté non plus, ce qui n'est guère surprenant.

De vous à moi, il faut avouer que les fans d'Eric Gautier se sont peut-être un peu précipités. Car personne aujourd'hui dans le Mellois n'est prêt à jurer que Ségolène Royal, battue à la présidentielle, ne renverrait pas la petite Delphine à sa région parisienne, pour conserver son siège parlementaire en juin. Personne... pas même son actuel moustachu de suppléant.

Mais bien sûr, le FCEG et Eric Gautier lui-même sont persuadés de la victoire de Ségolène à la présidentielle. Suis-je bête...

(*) Delphine Batho, c'est le nom de la jeune fille pendue au parachute. On en reparlera.

 

15/03/2007

Qu'importe le flacon ?

Petite suite au billet précédent concernant le fameux pari perdu de Dominique Paillé.

Ou plutôt, la nature de la mise : une caisse de Saint-Estèphe selon Libé, rien moins que trois flacons de Petrus (cote moyenne, autour de 1000 euros la bouteille) pour Marianne, qui croire ?

Dans le nord Deux-Sèvres en tout cas, sur cette affaire, la messe est dite ! L'autoproclamé "centriste de l'UMP" n'est plus "l'ami" de tout de monde dans les vignobles.

Car enfin, non seulement le député du nord des Deux-Sèvres s'est rallié à un Nicolas Sarkozy, frémissant de dégoût à la vue du moindre verre de vin, mais il n'a même pas su saisir l'occasion d'un pari perdu pour faire un peu de promo, dans Libé, dans Marianne, pour les vins du Thouarsais, de chez lui. Surtout qu'ils les connaît bien, ces petits crus de "l'autre pays du vin", il leur a consacré un livre tout entier, dédicacé à tour de bras l'an dernier au Salon des vins de Thouars !

A croire que les vins du Thouarsais servent plus à la promotion du député que l'inverse...

medium_lup427T.jpg

12/03/2007

Dominique, un ami qui vous veut du bien

Petite anecdote véridique et savoureuse, qui échappera sans doute aux médias nationaux, mais que nos quotidiens régionaux se sont fait un plaisir de signaler :

Lundi dernier, le désormais très sarkozyste député du nord Deux-Sèvres Dominique Paillé a fait livrer au candidat UDF François Bayrou une caisse de vin... pour cause de pari perdu !

medium_vin_caisse_verre.jpg

Ben oui, Dominique est joueur, mais ne parie pas (souvent) sur le bon cheval. En 2002, après la victoire de Chirac, il s'était empressé, comme tous ses petits camarades UDF des Deux-Sèvres d'ailleurs, de quitter le parti de François Bayrou dont il avait été le directeur de campagne pour les européennes de 1999, pour rejoindre les rangs de l'UMP.

Pourtant ancien président de l'association départementale des Amis de Jacques Chirac, Dominique Paillé a également rallié dès 2005, et sans état d'âme, son "ami " et néanmoins candidat Nicolas Sarkozy, abandonnant son "ami" François Bayrou au vu de cette fulgurante analyse (extraite d'une interview publiée par France Soir du 30.12.2006) :

"Nous avons des relations régulières et courtoises, mais François a fait une autre analyse que la mienne. Il pense être le troisième homme, une stratégie qui ne mène à rien dans un scrutin majoritaire."

Et la caisse de vin, me direz-vous ? J'y viens, j'y viens !

Dominique Paillé, qui se targue d'être resté en bons termes avec "François", avait pronostiqué un 15 % grand maximum du candidat UDF dans les sondages, et poussé le bouchon de la certitude à parier "une caisse de champagne" si d'aventure, François Bayrou franchissait un jour les 20 % d'intention de vote.

Ce qui fut dit, fut fait. Le Béarnais ayant fait savoir sa préférence pour le vin de Bordeaux, Dominique Paillé s'acquitta lundi dernier de l'envoi de quelques grands crus.

Moralité : Dominique Paillé change souvent d'amis, mais il tient ses paris ?

08/03/2007

Le troisième homme... du 7-9 !

Incroyable ! Moi qui m'apprêtais à entamer les premiers feuillets de cette chronique par un petit portrait local des deux stars de la politique nationale du moment, voici qu'un troisième homme leur vole abruptement la vedette !

M'enfin, qui aurait pu imaginer que Michel Hervé allait justement choisir ce moment, précis, pour sortir de l'ombre ? L'ancien maire.com de Parthenay, viré au premier tour des municipales de 2001, parti avec perte et fracas, son entreprise (et sa taxe professionnelle) sous le bras vers les cieux plus cléments de la Touraine, fait en effet son come-back sur la scène politique, par rayons de librairies interposé, avec CE LIVRE ..................

medium_livre-herve.3.jpg

(si vous ne voyez pas bien le texte sur l'image de couverture, ça dit : "De la pyramide aux réseaux", en dessous "récits d'une expérience de démocratie participative", encore en dessous en plus petit "préface de Ségolène Royal". Et au-dessus, les noms des auteurs "Michel Hervé, Alain D'Iribarne, Elisabeth Bourguinat)

Aurait-il mis à profit tout ce temps, loin de la ville où il régna plus de vingt ans, loin du microcosme politique, pour élaborer une réflexion, nourrie de ses propres expériences de "démocratie participative" et de "citoyenneté active" par l'outil Internet interposé, ou peut-être (trop) imposé ?

Signalée sur la couverture, la préface de ce livre, signée de Ségolène Royal, serait-elle l'indice de reconnaissance de l'influence de Michel Hervé sur le concept de "démocratie participative à la sauce picto-charentaise" qui anima le début de campgane électorale de la Dame ?

Ou bien...

Ou bien ce livre (20 euros, éditions Autrement, au moins un exemplaire il y a deux jours à La Librairie de Niort) ne serait-il qu'une version, peut-être légèrement mise à jour, des actes du séminaire, tenu en février 2002 à L'Ecole de Paris du management, titré "Parthenay ou les infortunes de la vertu", par Michel Hervé, ancien maire de Parthenay, et Alain D'Iribarne, directeur de recherche au CNRS ?

Et la préface de Ségolène Royal, inédite celle-ci, une forme de service rendu à un ex-ami politique des Deux-Sèvres pour donner un coup de pouce à la vente du dit livre ?

Va falloir qu'on se penche sur le sujet plus en détails.

Mais tout de même, si je m'attendais à celle-là... Un troisième homme, ici !

05/03/2007

Bienvenue dans les Deux-Sèvres

medium_carte.gifEt merci de me rejoindre dans cet exercice, tout nouveau pour ma pomme, du blog.

Je dois avouer être pour l'instant un peu obnubilée par le "comment ça marche ?" pour pouvoir débuter sereinement cette chronique. Mais cela ne saurait tarder !

En attendant d'entrer dans le vif du sujet, les lecteurs égarés sur cette page peuvent faire fructifier leur passage en allant voir les deux premiers blogs mis en lien : "Le monde de Ségolène" fait oeuvre d'historien, en relatant avec minutie le parachutage de la Dame dans notre beau département un soir de 1988 et ce qui s'en suivit, tandis que le militant critique Fraise des Bois tente de décrypter au quotidien les ingrédients de la bonne tambouille socialiste départementale, dans de savoureux compte-rendus de conseils fédéraux.

D'ici votre retour, j'espère avoir mieux compris le fonctionnement du blog, et m'être dégagé l'esprit suffisamment de la technique pour entrer dans le vif du sujet : personne sait où sont les Deux-Sèvres (voilà pourquoi la jolie carte ci-dessus) mais tout le monde connaît, à droite Dominique Paillé, à gauche Ségolène Royal. Deux députés d'envergure nationale sur quatre ! Pas de doute, les Deux-Sèvres sont un microcosme politique fécond. Et nous en allons vous le montrer tout à l'heure... 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu