Avertir le modérateur

30/08/2007

A droite, un four

medium_athenes-theatre.jpgSur la petite scène du théâtre politique niortais, la gauche a plus que tendance à accaparer l'affiche. En 1995, on se souvient du brillant épisode Royal-Bellec, un des meilleurs suspenses du genre, avec un retournement de position des instances socialistes nationales digne d'un excellent numéro de contorsionniste...

(Je rappelle très brièvement le scénario, gardez-le en tête, il pourrait bien servir de source d'inspiration à d'autres : Royal investie, Bellec maintenu menacé d'être déchu, Royal battue, Bellec élu, toute menace d'exclusion disparue... fin de la parenthèse)

En 2002, la théâtrale sortie de Bellec fut également réussie... très au-delà de ce que son auteur avait imaginé, puisque medium_Public.jpgdéfinitivement scellé par l'union provisoire et meurtrière de sa gauche et de sa droite. Un grand succès au box-office que cette pièce-là, avec ses multiples rebondissements, de la CAN à la ville, jusqu'au vrai-faux dénouement : un semblant de réconciliation des clans autour de l'élection d'un maire de transition le plus fade possible, ceci préparant bien évidemment le public à l'inévitable "Guerre des roses, le retour" de 2008, sur laquelle le rideau vient de se lever.

Pendant ce temps, en coulisses, il y en a qui râlent. Les p'tits gars de la droite ont beau faire, beau dire, personne ne se soucie vraiment de leur faire la moindre place sur scène. Il faut dire qu'ils n'ont guère de talent pour tenir le public en haleine, ni entrenir le moindre espoir de rebondissement dramatique.

medium_rumeur.jpgIl n'est qu'à voir par exemple, la tentative de rumeur lancée en ville ces dernières semaines quant à une candidature potentielle d'Alain Grippon (actuel président de la CCI) en tête d'une liste UMP... que Marc Thébault, le porte-parole de l'opposition municipale, se prévaut d'avoir obtenu depuis belle lurette auprès des instances nationales du dit UMP.

Il y avait du potentiel dans ce scénario, pour un étalage de rivalités assassines dans les dîners en ville, une guerre de communiqués dans la presse, un appel aux soutiens en tous genres... Rien. Nix, nada. Même pas un début de commencement de commentaire sur le propre blog de Marc Thébault (*), qui se plaint par contre du trop grand succès des psychodrames socialistes du moment.

Franchement, M. Thébault, quand on gâche des occasions comme ça d'occuper le devant de la scène,  on ne peut pas se plaindre que la concurrence occupe le terrain ! Ce n'est plus un théâtre que vous lui offrez là, c'est un boulevard...

(*) Que j'avais omis de mentionner jusqu'ici dans les blogs politiques du 7-9, et que je remercie donc d'autant plus pour sa récente citation du Quoideneuf !

27/08/2007

Le coup de Coulon

medium_HacheDeGuerre-MJ.jpgPour les fins observateurs du socialisme niortais - dont je ne suis pas - la messe est dite : en quelques mots lancés depuis Coulon dimanche, Geneviève Gaillard, mais surtout ses principaux soutiens, ont rallumé la guerre des clans.

Si la candidature à l'investiture de la députée du Niortais pour mener la prochaine liste de gauche aux municipales n'est pas une surprise, la déclaration de Françoise Billy en sa faveur en est une, sur la forme.

D'abord parce que la manifestation de ce soutien de la Première Fédérale intervient très tôt. Elle qui pourtant répondait à la presse il y a quelques jours : "Je ne peux pas me prononcer à ce stade,  je suis la patronne du PS départemental, je me dois d'être neutre (*)".

Mais surtout parce qu'elle démarre au quart de tour... pour descendre Alain Baudin, ce maire dont elle est la première adjointe, et qui lui avait ravi le fauteuil au départ de Bellec. Aujourd'hui Françoise Billy s'est fait une raison, elle ne mènera pas la bataille des municipales en tête.

En contrepartie, elle semble avoir mis tout en branle pour qu'Alain Baudin ne la mène pas non plus. Y compris en usant de sa position de Première Fédérale pour lui savonner la planche en "haut lieu" comme on dit, là où les investitures des candidats, parfois désignés par un vote des militants, se confirment ou s'infirment.

Rancoeur personnelle ou choix de projet ? Difficile à dire tant l'histoire du socialisme à Niort semble faite de querelles, medium_boxe.jpgdéchirures et autres trahisons. Comme le leur disent leurs camarades du nord Deux-Sèvres, le député PS Jean Grellier en tête, "ce qui vous manque à Niort, c'est une bonne droite !" Là, c'est bien deux belles de gauche qu'Alain Baudin s'est pris dimanche. Dures à encaisser...

(*) ce qui, sur le moment, a dû faire grincer des dents les membres du FCEG à Celles-sur-Belle ! 

 

 

 

26/08/2007

Allo Paris ? Ici Melle...

Vu hier sur France télévision, une Ségolène Royal en duplex depuis la pelouse du parc de Melle (*), plutôt maladroite.

medium_bla_bla.jpgD'abord dans le 19-20 de France 3, où Elice Lucet qui n'est pas une débutante, doit insister lourdement depuis Paris pour couper le flot du discours ségolénien et lui demander de répondre - en vain - à ses questions, pourtant courtes et précises.

Puis, une demi-heure plus tard dans le JT de France 2, où l'interview vire à la catastrophe autistique, Ségolène Royal medium_colgate.jpgs'engouffrant dans un long tunnel de plusieurs minutes, débitant à vive allure un résumé appris par coeur de son discours de l'après-midi... pendant qu'un bref instant, un plan de coupe montre le jeune Delahousse désorienté, souriant de toutes ses blanches dents faute de comprendre de quoi lui parle la Dame !

Fait curieux, le monologue de Ségolène Royal s'achève sur une brusque coupure en milieu de phrase, et le présentateur de conclure : "Voilà pour ces images enregistrées à Melle dans l'après-midi", avant de passer à la suite.

Fait très curieux, puisqu'en entrée de journal, Delahousse avait parlé de Ségolène Royal comme "invitée du journal", qu'on a ensuite vu quelques images où il lui dit "bonjour" et pose une question, et encore une tentative de question au milieu du "tunnel". Tout pour laisser penser que l'interview se faisait en direct entre Paris et Melle, y compris ce léger décalage de temps qui montre combien Melle, c'est loin de Paris.

medium_TROMPELOEIL.jpgEt puis voilà qu'il vend la mèche ! C'était donc un faux direct  qu'on a voulu nous faire passer pour un vrai, n'était-ce cette coupure finale. Coupure sur laquelle Delahousse revient en toute fin de journal, en disant (je cite de mémoire) : "Comme vous vous en êtes aperçus, l'interview de Ségolène Royal a été perturbée par un problème technique, que nous vous prions de bien vouloir excuser."

Ca sent furieusement la remontée de bretelles du rédac'chef furieux d'avoir vu son joli vrai-faux direct dévoilé en direct par une honnête maladroite bourde du présentateur ! Voilà qui pourrait faire les choux gras d'une prochaine émission d'Arrêt sur Images, tiens... Si seulement l'émission pouvait renaître de ses cendres. A condition évidemment de n'avoir pas choisi la formule "sponsorisée par la présidente du Poitou-Charentes".

(*) Où, selon France 3 hier soir (et ce matin la NR dimanche, Rue89 et Libé.fr), il y avait entre 1.000 et 1.500 personnes... mais "plus de 3.000" selon Ségolène Royal.

23/08/2007

Devine qui invite samedi

medium_recette.jpgSamedi, pour le microcosme des blogueurs amis de Me Fraise, le "conseil des ministres du blogouverment" à Coulon sera incontestablement l'événement à ne pas manquer . L'honorable "jeune militant socialiste" se prive même de pique-pique à Melle pour deviser sur l'influence de ses billets électroniques dans la recomposition du PS autour d'une assiette d'anguilles du Marais (*). C'est dire !

Pour beaucoup d'autres, socialistes d'ici ou d'avenir, journalistes en mission, groupies de Bénabar (**), commerçants de Melle et autres flics des RG, l'événement samedi, c'est cette fameuse Fête de la rose.

Pensez donc : une fête comme ça, le PS du 7-9 n'en avait pas organisé depuis... depuis si medium_amnesie.jpglongtemps que même sa Première Fédérale avoue à la presse locale ne pas s'en souvenir. Peu importe d'ailleurs. Ce dont il faut se souvenir, c'est que la Fête de la rose du 25 août prochain est organisée par Françoise Billy (la Première Fed) et son conseil fédéral, comme précisé, en petits caractères, sur le carton d'invitation (***). Et la dame d'expliquer que le PS des Deux-Sèvres a décidé de choisir Melle, ex-fief de leur ex-candidate à la présidentielle, pour rendre hommage au beau combat d'icelle, évidemment invitée d'honneur.

Personnellement, j'aurais été Première Fédérale du PS du 7-9, j'aurais plutôt eu envie de faire la Fête de la rose à Cerizay, en l'honneur du nouveau député socialiste Jean Grellier, tombeur de Dominique Paillé, ex-député UMP du nord Deux-Sèvres, aujourd'hui réfugié politique à l'Elysée. Mais bon.

Evidemment, si on cherche un peu, on tombe sur un petit courrier de Ségolène Royal, qui dit : "J'organise avec la fédération PS des Deux-Sèvres et sa première secrétaire Françoise Billy, une Fête de la Rose le samedi 25 août prochain à Melle. Je souhaite vous y inviter afin que cette fête soit l'occasion d'un rassemblement amical pour les socialistes, les sympathisants, nos amis de la gauche, et bien sûr Désirs d'Avenir."

medium_Royal.jpgEt là on comprend. Que la première Fédérale du 7-9 et son conseil n'ont rien à voir avec cette Fête de la rose dont ils avaient oublié jusqu'à l'existence. Que la Dame du Poitou a décidé d'organiser à Melle, son ex-fief législatif, sa rentrée politique nationale, parce qu'elle y a des amis dévoués. Qu'un cadre festif, c'est mieux qu'un bureau pour une déclaration. Qu'une Fête de la rose, c'est l'idéal pour inviter ses partisans de France et de Navarre à venir la soutenir en masse. Et qu'elle n'en fait qu'à sa tête, comme d'habitude.

Jean Grellier, Geneviève Gaillard et Delphine Batho, les trois autres invités, pourront toujours se consoler en trinquant à la santé de l'électorat socialiste du 7-9, qui les a envoyé pour cinq ans à l'Assemblée nationale. En se promettant que là-bas, au moins, ils ne joueront pas les faire-valoir.

medium_clap2.gif

 

(*) J'y ai été gentiment conviée, mais le roboratif menu annoncé m'a fait fuir. Déjà qu'après deux semaines de vacances au régime pastis-olives-tapenade, mes vêtements de travail me boudinent...

(**) Mauvaise nouvelle : il ne viendra pas. De source plutôt sûre, Bénabar, pressenti, aurait décliné l'invitation en ces termes : "Ah non, c'est vraiment trop loin, Melle !"  Contacté, Renaud aurait également refusé.

(***) Voir tout en bas de la note précédente.

 

20/08/2007

Etes-vous pique-nique... ou pique-nique ?

Les Deux-Sèvres sous les feux de la rampe médiatique nationale et peut-être encore internationale. La petite ville de medium_sthilaire_oz2.jpgMelle filmée, photographiée sous toutes les coutures de son église Saint-Hilaire et de ses Mines d'argent. Le chabichou confirmé dans son rôle de roi des fromages de chèvre, à défaut d'avoir pu détrôner le Président pour les cinq prochaines garden-parties élyséennes. L'hostellerie locale rattrapant en un week-end les nuitées perdues pour cause de météo estivale aigrie.

Bref. Ségolène Royal à Melle, le retour. Dans son ex-fief électoral, dont elle a abandonné le mandat législatif pour lui préférer celui de présidente... de la région Poitou-Charentes, mais qu'elle a choisi une fois de plus pour cadre d'une  rentrée politique nationalement attendue. Samedi prochain 25 août, à partir de midi, pour une grande Fête de la Rose à laquelle il faut avoir été invité. (*)

medium_cahier-vacances.jpgIl risque d'y avoir du monde. Tellement que Françoise Billy, la Première Fed, a passé toutes ses vacances au siège départemental du PS à Niort à trimer pour organiser tout le tintouin. Ce que c'est que le sens du devoir quand même ! A moins que les trois autres responsables PS départementaux de la région Poitou-Charentes n'aient réussi à la convaincre qu'ils ne pouvaient vraiment pas, eux, annuler la réservation de leur gîte rural...

Le lendemain dimanche, c'est à Coulon, jolie bourgade du verdoyant Marais poitevin - côté circonscription niortaise - que les militants socialistes des Deux-Sèvres sont invités à rejoindre, en toute camaraderie, la députée du Niortais Geneviève Gaillard. Il n'y aura sans doute pas autant d'invités, sûrement pas autant de télés, et pourtant, le "scoop" sera peut-être là plutôt qu'à Melle. Au menu, c'est toujours pique-nique, léger et frais, comme une pluie d'automne au mois d'août. Et pourtant, l'entourage du maire de Niort redoute une déclaration politique... lourde. Un souci d'appétit peut-être ?

medium_indigestion.jpg

(*) Sinon, deux solutions : vous vous précipitez sur eBay où cette invitation a été mise en vente pour la symbolique somme de 79 centimes... ou vous envoyez d'urgence un email à Jean-Luc Mélenchon avant qu'il n'expédie son propre carton dans sa poubelle jaune.

MAJ du 21 août : juste pour notre internaute picard qui, comme saint Thomas, ne croit que ce qu'il voit... et pardon pour la mauvaise qualité de la photo (piquée sur ebay), mais quand même, je crois qu'on arrive à lire que la Première Fed et le conseil fédéral des Deux-Sèvres "t'invitent samedi 25 août" etc, à une fête "avec Ségolène Royal".

medium_invit.2.jpg

17/08/2007

Bien rentrés ?

Et allez, bien le bonjour à toutes et à tous ! Alors, bien rentrés de vacances ?

medium_abeille_butinant.jpgJe sais, ma petite pause de deux semaines s'est étirée en long silence flemmard du double... Pardon à ceux qui sont venus flâner ici pour rien tous ces jours, et bienvenue aux butineurs de l'été, qui, au fil des requêtes Google, ont pu glaner sur ces pages quelques petites informations sur...

Alain Baudin, Alain Mathieu, âne du Poitou : 1,11% des gens qui sont arrivés ici avaient tapé au mois d'août une de ces propositions !

2,22 % des visiteurs d'août étaient curieux de références musicales : ils se sont intéressés à ma petite note sur Frederik Mey et son indémodable "politicien", ils ont aussi découvert et je l'espère aimé autant que moi, le groupe We Insist (*) et son album, "Crude". Les albums suivants sont également excellents d'ailleurs.

Parmi nos lecteurs d'août, 3,33 % ont cherché quelque chose à lire sur : Yves Debien, Delphine Batho, Benoît Michenot (beau score pour l'outsider de Gâtine !)

Une surprise enfin, en découvrant ces statistiques de fréquentation (faible, la fréquentation, en août, vous imaginez bien... sans rien de nouveau à lire en plus !) : la totale disparition de celle qui tenait la corde des requêtes depuis l'ouverture de ce blog ou presque, l'ex-députée du Mellois Ségolène Royal. Gageons qu'à l'approche de la Fête de la Rose le 25 août prochain à Melle, un regain d'intérêt public se manifestera.

medium_gare.jpgA ce propos, on m'a raconté aujourd'hui que la Dame avait loué les services de moult navettes pour convoyer depuis la gare de Poitiers stars et amis du PS, militants de base et d'ailleurs, photographes et journalistes de France et de Navarre. Y aura donc du beau monde, comme au temps de la campagne présidentielle ?

Enfin, finissons ce billet de reprise en citant, avec les félicitations du Quoideneuf, la personne objet du plus grand nombre de requêtes en ce mois d'août : avec 8,85 %, arrive en tête des stars de ce blog, Geneviève Gaillard. Quand je pense qu'on n'a même pas encore vraiment commencé ici à disserter sur sa probable candidature à la candidature à la mairie de Niort...

(*) les amateurs de jazz se souviendront peut-être que l'immense batteur noir américain Max Roach, décédé hier jeudi 16 août à l'âge de 82 ans, avait initié l'enregistrement d'un disque manifeste en faveur des droits civils des Noirs américains, dont le titre était "We insist ! Freedom now ", en 1960. Salut l'artiste !

medium_roach.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu