Avertir le modérateur

27/05/2008

Chamois niortais : peut-on en s'en passer ?

Pour donner aux lecteurs de ce blog, sans doute peu au fait de l'actualité des Chamois niortais, quelques pistes de réflexion avant de répondre à la question de notre petit sondage, cet extrait d'une interview du président du centre de formation des Chamois niortais, Joël Coué.

 

On peut aussi aller écouter avec profit l'intégralité de cette interview sur le site de ChamoiswebTV. Ou ne sélectionner que les trois derniers extraits, si les propos footbalistiques vous ennuient mais que l'avenir du club et de ses relations avec l'argent du contribuable niortais, département et régional, vous intéressent.

Petite mise en garde pour les âmes sensible quant à l'extrait "le rendez-vous avec la municipalité" : côté propos, c'est plutôt bateau, côté images... ça chavire aussi !

24/05/2008

Et le nouveau président de l'ADM des Deux-Sèvres est...

... Le futur sénateur UMP des Deux-Sèvres, actuel suppléant d'André Dulait.

Ce matin à Châtillon-sur-Thouet, la liste emmenée par Léopold Moreau pour le conseil d'administration de l'association des maires des Deux-Sèvres a largement battu la liste du socialiste Joël Misbert.

60 % des suffrages pour la liste Moreau, donc 12 sièges et la présidence pour le maire de Saint-Maixent.

40 % des suffrages pour la liste Misbert, donc 9 sièges et pas de présidence.

Moralité : l'UMP a bien fait de ne pas lâcher le morceau sans vote, au motif - avancé par les socialistes - que le département avait déjà basculé à gauche au conseil général.

Pour l'ADM, ça ne changera pas grand-chose, ce n'est pas vraiment une association dont les missions méritent des prises de position politiques.

Mais pour Léopold Moreau, ça change tout. Un tel succès laisse au successeur d'André Dulait dans ce fauteuil le temps de travailler au corps les maires des Deux-Sèvres, ses futurs électeurs au Sénat.

Quand André Dulait se décidera à raccrocher. Dans deux ans, s'il tient sa parole. Dans cinq ans sinon...

Guerre des maires à Niort

A Niort, c'est parti pour la guerre des maires, et la guerre des nerfs.

Du conseil municipal hier soir, la petite phrase qu'il fallait retenir, c'est bien celle que la presse a entendu : "Comme vous n'avez pas été élu, la discussion est close."

Et voilà la reine Geneviève qui fait le coup du "Taisez-vous Elkabbach !", sauce niortaise. Pas de voix au chapître pour les perdants.

Ni en politique, ni en football d'ailleurs. Le pauvre Alain Baudin, ravalé au rang des piteux Chamois niortais, s'est même fait tacler violemment une seconde fois, en tant que joueur de la Région... qui n'a rien fait savoir de ses intentions financières pour sauver la peau des Chamois.

849867806.png

 

Pour le reste, on retiendra que l'arrivée du festival NPAI à Niort a été confirmée, avec une subvention plutôt modique, 35.000 euros. Mon  mini-sondage sur le sujet ayant récolté à peine une dizaine de votants en deux semaines, on va dire que les Niortais se lancent vraiment dans l'inconnu.

Quant à la reine Geneviève, il est clair qu'elle connait la chanson, et qu'elle sait manier la baguette. On est moins sûr de la voir adopter la première des valeurs de ce festival : l'improvisation. Délicieusement dangereuse, en musique comme en politique.


 

22/05/2008

Du rififi à l'association des maires des Deux-Sèvres

Une association aussi sage que celle des maires des Deux-Sèvres, en proie aux affrontements les plus politiciens, qui l'eut cru ?

Depuis plusieurs semaines, le feu couve. Depuis quelques jours, de part et d'autre, on brûle d'en découdre.

Samedi prochain, à l'heure d'élire un bureau conseil d'administration, un bureau et un président pour cette association, l'incendie éclatera-t-il ?

1932760342.jpg

André Dulait, actuel président de l'association des maires des Deux-Sèvres, ne peut plus conserver son mandat. Il ne s'est pas représenté aux dernières municipales. Mais il a son successeur potentiel : Léopold Moreau, maire UMP de Saint-Maixent, ex-1er vice-président du conseil général.

Sauf que les socialistes, nouveaux patrons des Deux-Sèvres, , ne l'entendent pas du tout de cette oreille. Pour eux, l'affaire est simple : puisque le département a basculé à gauche, l'association des maires doit avoir un président de gauche.

Et les voilà qui montent leur liste pour l'élection de samedi : en tête, ils ont choisi Joël Misbert, ce qui est malin. Le conseiller général de Frontenay a beau émarger au PS, il a plutôt la réputation d'un homme d'ouverture, peu politisé : ce qui devrait rassurer un peu plus les maires sans étiquette qu'une candidature de Geneviève Gaillard par exemple Elle est évidemment aussi sur la liste, mais juste derrière.

250335831.gif

Oui, parce que c'est une histoire de listes, ce scrutin. Avec 21 noms chacune, et un scrutin dont je ne sais pas vraiment s'il se fait à la proportionnelle comme aux municipales.

Ce qui est sûr, c'est qu'il y aura effectivement deux listes en présence samedi prochain. Avec plein de noms connus et même des surprises : comme la présence d'un maire Orange avec les Roses, malgré l'allergie de la reine Geneviève et du petit Drapeau...

Ce qui est sûr aussi, c'est que tous ceux qui prétendront dans les jours qui viennent que la présidence de l'association départementale des maires n'est pas un poste politique sont de fieffés menteurs. L'unique raison pour laquelle André Dulait en a pris la tête, puis l'a conservé, c'était pour assurer son mandat de sénateur.

Et, au fait, vous connaissez le nom du suppléant du sénateur Dulait, lequel raccrochera à l'issue de ce dernier mandat ?

Léopold Moreau tiens...

2107011627.jpg

18/05/2008

Moutons de Gâtine

Dans le riant département des Deux-Sèvres, un pays et un seul, résiste encore à l'envahisseur.

Au sud, à Niort, le mal est fait depuis longtemps, et la dernière élection municipale a ravivé l'éclat du rose socialiste, quasi flamboyant.

216491940.jpgAu nord, dans le Bocage, les habitants apprennent chaque jour ce que c'est que de vivre, pour la première fois de leur histoire, dans une circonscription socialiste. Socialiste ? Mais oui, rappelez-vous, les législatives de juin, et la défaite du petit prince Dominique Paillé en son fief bocager.

A l'est, dans le Thouarsais, l'électorat a retrouvé le goût du rosé. Même si c'est du Pineau, on peut aimer.

Mais en Gâtine... En Gâtine, on résiste. Je dirai même, on recule, on se barricade, on se replie.

A Parthenay, où la parenthèse de droite se prolonge pour (au moins) un mandat supplémentaire. Le temps pour la gauche de trouver enfin un projet et un chef de file cohérents ?

A Secondigny, où l'inoxydable conseiller général Gérard Vitré , après un mandat de purgatoire, retrouve tout son allant à la tête de la municipalité, pour laquelle il n'a jamais développé le moindre projet. Le précédent maire, stalinien non repenti, avait au moins accouché d'une salle des fêtes potable, et accueilli une moitié de NPAI.

Tiens, au fait, le festival de musiques innovantes devrait être à Niort, cet été.

Et la régression de Gâtine gagne le reste du territoire.

Par exemple dans la vallée du Thouet, où le syndicat mixte est aux mains du sus-nommé Gérard Vitré et de son alter-ego dans l'immobilisme, le clientélisme et l'étroitesse d'esprit conjugués : j'ai nommé René Charron, ci-devant maire-de-justesse du Tallud.

Et vice-président du Pays, que l'ex-futur député de Gâtine, alias Gilbert Favreau le bavard des champs, continue d'asphyxier gentiment de son maladroit opportunisme.

Des projets ? Quels projets ? C'est quoi un projet ? Un truc qui fait dépenser de l'argent et augmenter les impôts ?

En Gâtine, on gère. Et on gériatre aussi. Mais au moins les moutons sont-ils bien gardés.

Encore que...

1244921617.jpg

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu