Avertir le modérateur

29/11/2007

Parthenay, trop (de) gauches !

C'est fou ce qu'il y a comme gauches à Parthenay. Surtout pour une ville de droite.

Par ordre d'apparition sur scène, il y a :

  • La gauche socialiste, la seule à avoir annoncé la constitution d'une liste pour les municipales. A sa tête, Gaëtan Fort Gérard Boutet. L'homme est un ancien adjoint de Michel Hervé (dernier maire de gauche, battu en 2001).
  • La gauche citoyenne, la seule à avoir un site internet et un "projet pour Parthenay". Son animateur principal est le Vert Didier Coupeau, conseiller municipal d'opposition. Il était sur la liste (battue) de Michel Hervé, comme Gérard Boutet. 
  • La gauche motivée, la seule à avoir monté pour de vrai une liste de gauche dissidente, avec succès : la droite est passée.  Elle a deux conseillers municipaux d'opposition, pas de tête, mais une poignée d'agitateurs. Qui n'aimaient pas Michel Hervé.

Une triple gauche, sur le ring électoral, ça peut paraître un atout pour mettre KO la droite municipale.

240783b2ddf404921164643731c92b8e.jpgSauf que pour l'instant, c'est entre elles qu'elles se battent.

A défaut de se parler, les gauches de Parthenay se répondent, par communiqués de presse interposés. Trop maladroites, ces gauches...

 

 

 

19/11/2007

Niort : combien de divisions ?

Municipales à Niort, combien de divisions ? Cette interrogation m'est venue aujourd'hui, en me promenant au pied duf038a40aec3d0c0bff2c7a0b865d7179.jpg Donjon. Il faisait froid, gris, et les rues de Niort en ce lundi midi était rien moins que désertes. Lugubres. Mais je venais de croiser l'ami de l'ami d'un ami, et ce qu'il m'avait dit a éclairé ma balade d'un jour nouveau.

Or donc,  une liste de gauche dissidente est en cours d'élaboration pour les municipales. Une autre liste que celle d'Alain Baudin, veux-je dire !

Le gars s'appelle Joël Renoux. Il est déjà conseiller municipal à Niort. Il fut socialiste. Il s'oppose à Alain Baudin. Mais, contrairement à Françoise Billy, il le revendique depuis longtemps. Il a même monté un groupe d'opposition. Ils sont trois.

Demain, ils seront 45, dont la moitié (plus ou moins 1) de femmes, prêts à défendre leur programme. Qui, si j'ai bien suivi les débats du conseil municipal de Niort, se résume à : Non à l'aménagement de la Brèche !

Ca nous fait donc trois listes de gauche, une liste de droite. Et puis quoi encore ?

Ben, y a les gars et les filles du Modem, qui sont discrets, discrets, discrets... mais qui bossent et réfléchissent, et s'intéressent au centre-ville de Niort.

b43499b57cdcf79992b1163e9a1ff423.jpgEt puis, y a les Verts. Qui, à force de négocier en secret avec tout le monde, vont peut-être bien finir par n'être nulle part. Un peu comme à l'Assemblée nationale.

Enfin, partant du principe que, plus on est de fous, plus on rit, et qu'au moins 45 Niortais fréquentent ce blog régulièrement, la question se pose : le Quoideneuf montera-t-il une liste pour les municipales ?

26/10/2007

Le maire de Niort fait son cinéma

Non, non, ce n'est pas du superbe complexe CGR sous la Brèche dont nous parlons. Si Alain Baudin a un complexe, c'est celui de n'avoir pas été reconnu apte, par son propre camp, à endosser le premier rôle pour les prochaines municipales.

medium_le_monde_perdu.jpgAlors, poussé par la rancoeur, l'angoisse de se retrouver sans emploi - c'est important, et doublement même dans le cas du maire et de sa compagne - les derniers dinosaures du système Bellec et quelques amis de droite bien intentionnés, le maire a décidé de faire son propre film.

La bande-annonce est dans le CO d'aujourd'hui : "Alain Baudin sera candidat aux municipales". 

Du coup, je me suis fait mon propre film, et j'ai imaginé l'affiche suivante :

Héros : Alain Baudin. Réalisateur : Bruno Fouchereau (un grand vidéaste), assisté medium_SOSfantomes.jpgde Gérard Doray. Production : les Amis d'Alain Baudin, qui sont priés de trouver vite fait les sous indispensables à une campagne électorale contre le PS. Conseiller artistique : Robert Chiche, réalisateur du film originel en 1995.

Ben oui. Parce que c'est tout sauf original, ce scénario. Ce n'est pas la première fois que le maire socialiste sortant de Niort se fait désavouer par son parti politique, qui lui préfère une femme, mais qu'il décide d'y aller quand même.

Ca manque d'idée, mais pas de suspense pour autant, ce "Je veux garder ma mairie 2". Car, même avec un scénario éprouvé et des acteurs connus, un remake n'est jamais sûr de ne pas faire un bide à l'arrivée.

20/10/2007

Le retour du Jedi

A peine sorti de sa léthargie post-législatives que mon ami blogueur du Mellois pose la question existentielle du moment : la démocratie oui, mais laquelle ?

Qu'il me pardonne si j'en détourne ici légèrement le sens, pour m'interroger à mon tour sur le sens "démocratique" qu'il faut - ou ne faut pas - accorder au mode de désignation des candidats à la candidature au sein du parti socialiste. Par exemple, à Niort.

medium_lego.jpgPremière Fédérale :

  • Faire voter les militants de la section de Niort pour choisir entre Alain Baudin, Geneviève Gaillard et Gérard Zabatta la future tête de liste socialiste des municipales : démocratie représentative ?
  • Savonner la planche au maire sortant auprès des instances nationales depuis des mois afin que chacun à Paris ait bien en tête que Baudin égale pas bien : démocratie participative ?

 

Maire sortant :medium_iansolo.jpg

  • Affirmer haut et fort devant les militants niortais réunis que leur choix sera aussi crucial que sacré, et s'empresser de le contester une fois la défaite constatée : démocratie représentative ?

Homme-lige du Maire sortant :

  • Passer des mois à rabibocher les trois sections ennemies de Niort en faisant moult concessions, et être contraint à la démission comme un vulgaire fusible fondu : démocratie participative ?

medium_dva0629.jpgCandidate localement désignée :

  • Faire comme si le vote des militants locaux était souverain en démarrant avec tambours et trompettes sa campagne municipale dans la NR, en "oubliant" que, plus d'une fois, y compris dans cette ville, l'état-major parisien a défait ce que le petit peuple socialiste local avait fait : démocratie représentative ?

A vous...

03/10/2007

Cinoche

medium_affiche.jpg"- Le Bon Dieu aurait pu te faire honnête, tu as de la chance il t'a épargné.
(J.Gabin)

- Mais pourquoi j'm'énerverais ? Monsieur joue les lointains ! D'ailleurs, j'peux très bien lui claquer la gueule sans m'énerver !
(B.Blier)

- Dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est faciliter la réussite des médiocres.
(J.Gabin)

Merci à Michel Audiard, pour ces dialogues savoureux et éternels, merci à la NR pour nous avoir remis en mémoire - avec cette manchette magnifique, "Le maire se rebiffe", placardée chez tous les marchands de journaux niortais hier - cet excellent film de truands, où le plus niais de tous n'est pas celui qu'on pense...

Mais, si le parti socialiste niortais adore faire son cinéma, l'élection de sa tête de liste aux prochaines municipales devrait tout avoir du long fleuve tranquille. Et Alain Baudin peut bien annoncer haut et fort que "le maire se rebiffe"... en coulisses, c'est la reddition de quelques uns des plus réalistes de ses partisans d'hier qui se négocie depuis dimanche avec la reine Geneviève, l'ex chef de troupe Rodolphe Challet en tête.

Aux dernières nouvelles d'ailleurs, le happy end serait pour bientôt. Quelque chose du genre "ils s'unirent et eurent beaucoup d'électeurs"... Chabada bada, chabada bada...

medium_va_amanandawoman_cover_print.jpg

30/09/2007

Mme le ou la maire ?

363 inscrits, 291 votants. Ont obtenu : Alain Baudin, 126 voix ; Geneviève Gaillard, 163 voix.

medium_chapeau-rose.jpgLe nom du prochain maire de Niort est donc sorti du chapeau militant socialiste samedi soir. Et Marc Thébault le sait bien. Geneviève Gaillard, qui avait déjà littéralement mis en pièce son concurrent UMP Frédéric Rouillé aux législatives, dans un contexte national hystériquement sarkozyste, sera élue haut la main en mars.

La seule chance de la droite à Niort résidait dans une division à l'ancienne, ravivant les anciennes rancoeurs entre le clan Bellec et la tribu Gaillard. Mais le pâle Alain Baudin, qui n'avait peut-être pas aussi envie que ses éminences grises de retourner au charbon, a finalement réussi à s'en sortir sa sortie en annonçant mercredi soir devant les militants qu'il se plierait à leur vote. Foin de candidature socialiste sauvage et dissidente, donc. Marc Thébault peut aller à la pêche.

medium_peche.jpg

Parce que, là où ça se joue maintenant, la droite n'a plus aucune importance. Les électeurs non plus d'ailleurs. Ce qui va se disputer désormais, aussi ouvertement qu'âprement, ce sont les bonnes places. Celles du pouvoir, si possible avec un galon d'adjoint. Et là, il va y avoir du monde sur les rangs. Les communistes, qui n'aimaient plus du tout Baudin, les Verts, qui disaient l'aimer quand bien même les seules pelouses qu'il leur a laissé soutenir sont celles du pôle Sport... et les socialistes, bien sûr !

medium_Courtisans.jpgLes ralliés de l'équipe Baudin, les exclus de l'équipe Bellec, les alliés de l'équipe Zabatta, les obligés de l'équipe Royal... La reine Geneviève n'a pas fini d'être sollicitée par les courtisans.

Mais, d'ici le scrutin de mars, à gauche, la composition exacte de la liste Gaillard sera bien le seul suspense. Parce que, même à la question "Mme le ou la maire ?", on connaît la réponse de la députée niortaise.

 

12/09/2007

Le lièvre Baudin

Dans la course à la mairie de Niort, Alain Baudin a choisi le départ du lièvre : à fond les manettes !

Le maire socialiste sortant qui refuse d'être sorti vient de mettre en ligne sur son blog le texte de son discours, prononcé lundi dernier devant les militants qui le soutiennent et dont le titre constitue à lui-seul matière à haute conjecture : "L'investiture de mon parti est la première étape !"

medium_lievre.jpgIl va de soi que, dans ce texte fleuve, qui tient bien plus de la déclaration de guerre à l'ennemie (*) que de la motivation des troupes, rien ne permet de savoir ce que fera le lièvre Baudin s'il ne franchit pas en tête la ligne d'arrivée de cette première étape. La comm' c'est bien, mais ce n'est pas une raison pour dévoiler à l'ennemie - qui n'est pas dupe - les détails des plans d'attaque.

Je ne vous ferai pas aujourd'hui l'exégèse du texte, ce serait bien indigeste. Je veux juste soulever un petit passage qui m'a bien amusée. C'est dans le premier tiers de la déclaration : au cinquième paragraphe, le lièvre Baudin affirme avec force - je suppose que c'est ce que signifie l'utilisation du gras - "Niort n'est pas en péril pour la gauche !"

Dans le paragraphe immédiatement suivant, il explique qu'il faut "rompre avec les petites phrases, les anathèmes, le culte de la personnalité et la caricature du fait politique", concluant : "Ce petit jeu est très dangereux, car n'oublions pas que notre adversaire, c'est la droite." En gras dans le texte.

medium_fou-rire.gif

Qui a dit que les discours d'Alain Baudin n'étaient pas drôles ? C'est au moins aussi amusant que les vraies-fausses vidéos de la place du Roulage...

(*) Non, non, il n'y a pas de faute d'accord...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu