Avertir le modérateur

01/09/2007

Tilt !

medium_flipper.jpgTilt ! C'est bien ce que ça faisait, sur les flippers de mon adolescence, quand on secouait trop la machine pour décrocher le bonus. Tilt ! La machine se vengeait et remettait abruptement tous les compteurs à zéro.

Tilt ! Pour vous annoncer, que, selon toute vraissemblance, Gaëtan Fort va renoncer à mener la liste socialiste pour les municipales à Parthenay. Tilt ! Pour supposer que les cartes à gauche à la suite de ce revirement vont sans doute être sévèrement rebattus, et les jeux se dérouler selon une toute autre donne.

Tilt ! Pour prévenir Jean-Pierre Georges, ex-candidat à la candidature, qu'un joker permet souvent de rejouer, rarement de l'emporter. Tilt ! Pour signaler à la gauche de la gauche parthenaisienne, allergique à l'avocat, qu'elle a peut-être intérêt à en profiter pour doubler la mise et abattre ses cartes.

Tilt ! Pour rappeler au maire de droite Xavier Argenton que Parthenay est bien la ville du Flip. Les jeux ne sont pas encore faits, mais déjà, rien ne va plus !

medium_skull-poker.png

27/08/2007

Le coup de Coulon

medium_HacheDeGuerre-MJ.jpgPour les fins observateurs du socialisme niortais - dont je ne suis pas - la messe est dite : en quelques mots lancés depuis Coulon dimanche, Geneviève Gaillard, mais surtout ses principaux soutiens, ont rallumé la guerre des clans.

Si la candidature à l'investiture de la députée du Niortais pour mener la prochaine liste de gauche aux municipales n'est pas une surprise, la déclaration de Françoise Billy en sa faveur en est une, sur la forme.

D'abord parce que la manifestation de ce soutien de la Première Fédérale intervient très tôt. Elle qui pourtant répondait à la presse il y a quelques jours : "Je ne peux pas me prononcer à ce stade,  je suis la patronne du PS départemental, je me dois d'être neutre (*)".

Mais surtout parce qu'elle démarre au quart de tour... pour descendre Alain Baudin, ce maire dont elle est la première adjointe, et qui lui avait ravi le fauteuil au départ de Bellec. Aujourd'hui Françoise Billy s'est fait une raison, elle ne mènera pas la bataille des municipales en tête.

En contrepartie, elle semble avoir mis tout en branle pour qu'Alain Baudin ne la mène pas non plus. Y compris en usant de sa position de Première Fédérale pour lui savonner la planche en "haut lieu" comme on dit, là où les investitures des candidats, parfois désignés par un vote des militants, se confirment ou s'infirment.

Rancoeur personnelle ou choix de projet ? Difficile à dire tant l'histoire du socialisme à Niort semble faite de querelles, medium_boxe.jpgdéchirures et autres trahisons. Comme le leur disent leurs camarades du nord Deux-Sèvres, le député PS Jean Grellier en tête, "ce qui vous manque à Niort, c'est une bonne droite !" Là, c'est bien deux belles de gauche qu'Alain Baudin s'est pris dimanche. Dures à encaisser...

(*) ce qui, sur le moment, a dû faire grincer des dents les membres du FCEG à Celles-sur-Belle ! 

 

 

 

26/08/2007

Allo Paris ? Ici Melle...

Vu hier sur France télévision, une Ségolène Royal en duplex depuis la pelouse du parc de Melle (*), plutôt maladroite.

medium_bla_bla.jpgD'abord dans le 19-20 de France 3, où Elice Lucet qui n'est pas une débutante, doit insister lourdement depuis Paris pour couper le flot du discours ségolénien et lui demander de répondre - en vain - à ses questions, pourtant courtes et précises.

Puis, une demi-heure plus tard dans le JT de France 2, où l'interview vire à la catastrophe autistique, Ségolène Royal medium_colgate.jpgs'engouffrant dans un long tunnel de plusieurs minutes, débitant à vive allure un résumé appris par coeur de son discours de l'après-midi... pendant qu'un bref instant, un plan de coupe montre le jeune Delahousse désorienté, souriant de toutes ses blanches dents faute de comprendre de quoi lui parle la Dame !

Fait curieux, le monologue de Ségolène Royal s'achève sur une brusque coupure en milieu de phrase, et le présentateur de conclure : "Voilà pour ces images enregistrées à Melle dans l'après-midi", avant de passer à la suite.

Fait très curieux, puisqu'en entrée de journal, Delahousse avait parlé de Ségolène Royal comme "invitée du journal", qu'on a ensuite vu quelques images où il lui dit "bonjour" et pose une question, et encore une tentative de question au milieu du "tunnel". Tout pour laisser penser que l'interview se faisait en direct entre Paris et Melle, y compris ce léger décalage de temps qui montre combien Melle, c'est loin de Paris.

medium_TROMPELOEIL.jpgEt puis voilà qu'il vend la mèche ! C'était donc un faux direct  qu'on a voulu nous faire passer pour un vrai, n'était-ce cette coupure finale. Coupure sur laquelle Delahousse revient en toute fin de journal, en disant (je cite de mémoire) : "Comme vous vous en êtes aperçus, l'interview de Ségolène Royal a été perturbée par un problème technique, que nous vous prions de bien vouloir excuser."

Ca sent furieusement la remontée de bretelles du rédac'chef furieux d'avoir vu son joli vrai-faux direct dévoilé en direct par une honnête maladroite bourde du présentateur ! Voilà qui pourrait faire les choux gras d'une prochaine émission d'Arrêt sur Images, tiens... Si seulement l'émission pouvait renaître de ses cendres. A condition évidemment de n'avoir pas choisi la formule "sponsorisée par la présidente du Poitou-Charentes".

(*) Où, selon France 3 hier soir (et ce matin la NR dimanche, Rue89 et Libé.fr), il y avait entre 1.000 et 1.500 personnes... mais "plus de 3.000" selon Ségolène Royal.

23/08/2007

Devine qui invite samedi

medium_recette.jpgSamedi, pour le microcosme des blogueurs amis de Me Fraise, le "conseil des ministres du blogouverment" à Coulon sera incontestablement l'événement à ne pas manquer . L'honorable "jeune militant socialiste" se prive même de pique-pique à Melle pour deviser sur l'influence de ses billets électroniques dans la recomposition du PS autour d'une assiette d'anguilles du Marais (*). C'est dire !

Pour beaucoup d'autres, socialistes d'ici ou d'avenir, journalistes en mission, groupies de Bénabar (**), commerçants de Melle et autres flics des RG, l'événement samedi, c'est cette fameuse Fête de la rose.

Pensez donc : une fête comme ça, le PS du 7-9 n'en avait pas organisé depuis... depuis si medium_amnesie.jpglongtemps que même sa Première Fédérale avoue à la presse locale ne pas s'en souvenir. Peu importe d'ailleurs. Ce dont il faut se souvenir, c'est que la Fête de la rose du 25 août prochain est organisée par Françoise Billy (la Première Fed) et son conseil fédéral, comme précisé, en petits caractères, sur le carton d'invitation (***). Et la dame d'expliquer que le PS des Deux-Sèvres a décidé de choisir Melle, ex-fief de leur ex-candidate à la présidentielle, pour rendre hommage au beau combat d'icelle, évidemment invitée d'honneur.

Personnellement, j'aurais été Première Fédérale du PS du 7-9, j'aurais plutôt eu envie de faire la Fête de la rose à Cerizay, en l'honneur du nouveau député socialiste Jean Grellier, tombeur de Dominique Paillé, ex-député UMP du nord Deux-Sèvres, aujourd'hui réfugié politique à l'Elysée. Mais bon.

Evidemment, si on cherche un peu, on tombe sur un petit courrier de Ségolène Royal, qui dit : "J'organise avec la fédération PS des Deux-Sèvres et sa première secrétaire Françoise Billy, une Fête de la Rose le samedi 25 août prochain à Melle. Je souhaite vous y inviter afin que cette fête soit l'occasion d'un rassemblement amical pour les socialistes, les sympathisants, nos amis de la gauche, et bien sûr Désirs d'Avenir."

medium_Royal.jpgEt là on comprend. Que la première Fédérale du 7-9 et son conseil n'ont rien à voir avec cette Fête de la rose dont ils avaient oublié jusqu'à l'existence. Que la Dame du Poitou a décidé d'organiser à Melle, son ex-fief législatif, sa rentrée politique nationale, parce qu'elle y a des amis dévoués. Qu'un cadre festif, c'est mieux qu'un bureau pour une déclaration. Qu'une Fête de la rose, c'est l'idéal pour inviter ses partisans de France et de Navarre à venir la soutenir en masse. Et qu'elle n'en fait qu'à sa tête, comme d'habitude.

Jean Grellier, Geneviève Gaillard et Delphine Batho, les trois autres invités, pourront toujours se consoler en trinquant à la santé de l'électorat socialiste du 7-9, qui les a envoyé pour cinq ans à l'Assemblée nationale. En se promettant que là-bas, au moins, ils ne joueront pas les faire-valoir.

medium_clap2.gif

 

(*) J'y ai été gentiment conviée, mais le roboratif menu annoncé m'a fait fuir. Déjà qu'après deux semaines de vacances au régime pastis-olives-tapenade, mes vêtements de travail me boudinent...

(**) Mauvaise nouvelle : il ne viendra pas. De source plutôt sûre, Bénabar, pressenti, aurait décliné l'invitation en ces termes : "Ah non, c'est vraiment trop loin, Melle !"  Contacté, Renaud aurait également refusé.

(***) Voir tout en bas de la note précédente.

 

20/08/2007

Etes-vous pique-nique... ou pique-nique ?

Les Deux-Sèvres sous les feux de la rampe médiatique nationale et peut-être encore internationale. La petite ville de medium_sthilaire_oz2.jpgMelle filmée, photographiée sous toutes les coutures de son église Saint-Hilaire et de ses Mines d'argent. Le chabichou confirmé dans son rôle de roi des fromages de chèvre, à défaut d'avoir pu détrôner le Président pour les cinq prochaines garden-parties élyséennes. L'hostellerie locale rattrapant en un week-end les nuitées perdues pour cause de météo estivale aigrie.

Bref. Ségolène Royal à Melle, le retour. Dans son ex-fief électoral, dont elle a abandonné le mandat législatif pour lui préférer celui de présidente... de la région Poitou-Charentes, mais qu'elle a choisi une fois de plus pour cadre d'une  rentrée politique nationalement attendue. Samedi prochain 25 août, à partir de midi, pour une grande Fête de la Rose à laquelle il faut avoir été invité. (*)

medium_cahier-vacances.jpgIl risque d'y avoir du monde. Tellement que Françoise Billy, la Première Fed, a passé toutes ses vacances au siège départemental du PS à Niort à trimer pour organiser tout le tintouin. Ce que c'est que le sens du devoir quand même ! A moins que les trois autres responsables PS départementaux de la région Poitou-Charentes n'aient réussi à la convaincre qu'ils ne pouvaient vraiment pas, eux, annuler la réservation de leur gîte rural...

Le lendemain dimanche, c'est à Coulon, jolie bourgade du verdoyant Marais poitevin - côté circonscription niortaise - que les militants socialistes des Deux-Sèvres sont invités à rejoindre, en toute camaraderie, la députée du Niortais Geneviève Gaillard. Il n'y aura sans doute pas autant d'invités, sûrement pas autant de télés, et pourtant, le "scoop" sera peut-être là plutôt qu'à Melle. Au menu, c'est toujours pique-nique, léger et frais, comme une pluie d'automne au mois d'août. Et pourtant, l'entourage du maire de Niort redoute une déclaration politique... lourde. Un souci d'appétit peut-être ?

medium_indigestion.jpg

(*) Sinon, deux solutions : vous vous précipitez sur eBay où cette invitation a été mise en vente pour la symbolique somme de 79 centimes... ou vous envoyez d'urgence un email à Jean-Luc Mélenchon avant qu'il n'expédie son propre carton dans sa poubelle jaune.

MAJ du 21 août : juste pour notre internaute picard qui, comme saint Thomas, ne croit que ce qu'il voit... et pardon pour la mauvaise qualité de la photo (piquée sur ebay), mais quand même, je crois qu'on arrive à lire que la Première Fed et le conseil fédéral des Deux-Sèvres "t'invitent samedi 25 août" etc, à une fête "avec Ségolène Royal".

medium_invit.2.jpg

05/07/2007

La politique du fossoyeur

Ce sera bref. Juste pour annoncer à ceux qui n'ont pas lu la presse ce matin le résultat du "vote" des militants PS de Parthenay pour le choix de leur tête de liste.

Où l'on apprend au passage que les militants en question ne sont même pas 40 au total (dans la NR, ils écrivent "une quarantaine", c'est peu précis mais charitable).

Ont voté : 16 personnes ! Ben oui, première semaine de juillet, vacances scolaires, scrutin organisé à la va-vite, débat préalable inexistant... Tout cela est forcément peu mobilisateur.

medium_Farceur.jpgA été désigné "tête de liste socialiste" pour les municipales de Parthenay : Gaëtan Fort. Par 11 voix contre 4, et 1 bulletin nul (un facétieux avait écrit "Michel Hervé " dessus... Mais non, je plaisante !).

Le challenger Jean-Pierre Georges a raté son coup sur le ring, mais qui a gagné au bout du compte, sinon la confusion à gauche ? Une tête de liste désignée à la va-vite, par 11 militants sur "une quarantaine" potentiels, c'est légitime et indiscutable, ça ? Ou bien, ça laisse la porte grande ouverte à toutes les contestations, candidatures ennemies, listes concurrentes et autres tacles bien sentis...

Après le tir sur l'ambulance, la politique du fossoyeur : enterrer profondément toute vélléité de reconquête de la gauche à Parthenay et en Gâtine. C'est bien parti.

04/07/2007

Tirer sur l'ambulance

Les élections municipales. C'est en mars 2008, soit dans neuf mois.

Ils ont raison, les socialistes de Parthenay, il est plus que temps de désigner le papa de la future liste ! Vous n'imaginez pas sinon, combien fragile serait l'enfant face à l'ogre Argenton (UMP Canada Dry)...

Ceux qui pensent qu'il n'y a pas urgence sont, au choix :

-Des naïfs

-Des imbéciles

-Des supporters de Gaëtan Fort

medium_ennemi.jpgBen oui. Autant lever le lièvre de suite : si, ce soir mercredi 4 juillet, les militants socialistes de Parthenay sont conviés à choisir celui qui mènera leur liste aux prochaines municipales - mais oui, amis lecteurs socialistes du Niortais, rendez-vous compte, ils le font ce soir ! - c'est en vertu des vertus mille fois vérifiées de cet adage : "On n'a jamais autant de chance d'écraser son ennemi que lorsqu'il est à terre".

Franchement. Même pas un mois après la trempe socialiste prise aux législatives en Gâtine - bouh ! le seul candidat qui n'ait même pas fait deux tours ! - on a sûrement pris le temps d'analyser à froid la situation, de scruter à la loupe les résultats de tel ou tel bureau de vote, de s'interroger sur le poids des soutiens (?) des camarades galonnés du PS dans la campagne électorale... Bref. On a sûrement déjà tout bien détaillé, sondé les intentions des politiquement proches (Verts, antilibéraux, Motivé-e-s, Internautes-citoyens, etc), pour se lancer dans cet acte stratégique essentiel, la désignation de la tête de liste pour les municipales.

Evidemment ! Evidemment qu'il l'a fait, tout ça, le camarade-président de la section-association socialiste de Parthenay,medium_complot.jpg celui que Maître Fraise surnomme Gégé du Patro. Juste avant de prêter le fichier des adhérents à son poulain, pour que celui-ci puisse envoyer vite fait bien fait une jolie bafouille... dont les militants viennent juste de comprendre qu'il s'agissait d'une profession de foi.

Gaëtan Fort, ma foi, sera mis devant le fait accompli. Avec 27 % au premier tour des législatives, il ne va tout de même pas la ramener, non ? Pis lui, c'était pas la peine de lui faire savoir qu'il était temps de faire campagne en interne, avant vote de désignation : il a dit publiquement depuis plus d'un an qu'il monterait une liste aux municipales. Alors, si les camarades ne sont pas au courant, c'est pas de la faute de la section, tout de même !

Sur le fond, vous connaissez mes principes : les concernés jugent par eux-mêmes.

Sur la forme, ces élections internes anticipées, programmées dans l'urgence d'une défaite, de manière à ne laisser au battu aucune chance de relever la tête, ressemblent à s'y méprendre à du tir sur ambulance. La seule question qui se pose est celle-ci : à qui profite le crime ?

medium_boxe.gif

Au fait :  le nom du challenger de Gaëtan Fort est Jean-Pierre Georges.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu