Avertir le modérateur

07/09/2007

A l'appel

Les petits ont fait leur rentrée scolaire, les grands font leur rentrée électorale. Depuis que les Niortais Alain Baudin et Geneviève Gaillard ont ouvert le feu des annonces de candidatures, les appétits électoraux se dévoilent un peu partout dans les principales cités du 7-9.

Pour l'instant, guère de surprises. Dans le nord, le maire sortant de Bressuire Jean-Michel Bernier, divers droite, se dit medium_poubelles_02.jpgprêt à rempiler. Il a toutes ses chances, d'autant qu'il vient de perdre son opposant le plus compétent : Norbert Béalu, élu Vert et courageux vice-président du Smited (le syndicat qui gère l'élimination des déchets hors de la CAN), laisse tomber tous ses mandats. Ecoeuré à mon avis, même s'il ne le dit pas, par la violence et la mauvaise foi de ses propres "amis" écolos sur la gestion des déchets en Gâtine.

medium_orphelin.jpgA l'est, le centriste de droite Alain Ligné, maire par double accident - en 2001, la liste de droite menée par un géomètre inconnu bat de 60 voix le maire socialiste sortant ; en 2004, le géomètre retourne à ses études et Ligné prend sa succession - aura bien du mal à conserver son siège dans une ville de Thouars où le vote à gauche est majoritaire. Surtout sans le soutien de son mentor en politique, l'ex-député UMP Dominique Paillé. En face, le socialiste Patrice Pineau s'est dit prêt à mener l'assaut, il n'a guère de concurrence en interne.

Au centre, Xavier Argenton le maire de droite sortant de Parthenay n'a aucune raison de ne pas vouloir rempiler. Surtout depuis que Gaëtan Fort, la personnalité de gauche la plus connue en ville, a décidé de jeter l'éponge (*). Au PS, ça ne se bouscule pas pour prendre la medium_geant_vert.jpgsuite. Du côté de Parthenay la citoyenne, par contre, ça reste étrangement muet. Je ne serai pas étonnée que Didier Coupeau, élu Vert d'opposition, travaille d'arrache-pied à boucler sa propre liste de gauche "alternative". Avec des strapontins négociables pour le PS (ceux qu'il juge fréquentable) et le fauteuil de numéro 1 pour lui. 

Et chez vous, c'est comment ? Envoyez vos infos, le Quoideneuf les mettra en ligne dans une nouvelle rubrique, qui s'efforcera de tenir à jour les annonces ( ou retraits) de candidatures : Revue municipale. A vos claviers !

(*) scoop du Quoideneuf, repris par la NR lundi !

08/05/2007

... Dominique, le départ ?

"Enfin !" a-t-il dû soupirer dimanche soir à 20 heures. Eh oui, enfin un pari gagnant pour Dominique Paillé ! Le députémedium_chevaux.jpg UMP de la 4e circonscription des Deux-Sèvres voit enfin franchir en tête la ligne d'arrivée de la présidentielle le dernier cheval sur lequel il a misé. Mais n'aurait-il déjà pas trop perdu pour retirer de la victoire de son champion un quelconque bénéfice ?

A regarder les votes dans sa circonscription, réputée voter majoritairement à droite sans état d'âme, mais où Sarkozy ne distance Royal que d'un tout petit point, on peut déjà se poser quelques questions. Mais la réponse est là, sous nos yeux, dans le vote de la ville de Bressuire, au coeur de ce Bocage catholique : la candidate de la gauche en tête au second tour, un fait électoral absolument inédit, alors que l'addition des voix du candidat UMP et du candidat UDF dépassait les 50 % au premier tour... C'est Bayrou qui se venge, par électeurs interposés, du ralliement de son ex-directeur de campagne au camp UMP !

Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il y a une morale en politique (cf l'affaire Debien-Batho ci-dessous), mais tout de même, avouez que c'est plutôt drôle, cette révolte silencieuse des électeurs que des gens comme Dominique Paillé ont un peu trop tendance à prendre pour des moutons. "Dans le nord du département, les centristes ont toujours été de droite" clamait-il dans la presse locale entre les deux tours, refusant tout autre choix à ces électeurs.

En nombre, ces centristes-là ont clairement exprimé leur désaccord : de droite peut-être, mais sûrement pas de cette droite-là, conservatrice, autoritaire et atlantiste. En nombre, ces centristes-là ont trouvé plus de traces de leurs valeurs démocrates chrétiennes dans la candidature de Ségolène Royal. En nombre, ils ont franchi le Rubicon et voté, pour la première fois de leur vie, à gauche.

Que les socialistes ne se réjouissent pas trop vite, cependant. Les électeurs centristes de la 4e circonscription, comme ceux de la 3e circonscription d'ailleurs (où Royal prend l'avantage d'un point sur Sarkozy) ne sont sans doute pas prêts à basculer définitivement à gauche.

medium_guillotine.jpgMais, en accordant largement, comme ils l'ont fait pour François Bayrou au premier tour, leurs suffrages au futur candidat du Mouvement Démocrate le 10 juin prochain, les anciens électeurs de Dominique Paillé pourraient bien faire payer cher son choix sarkozyste au député transfuge. Et si la "révolution orange" faisait tomber au moins une tête ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu