Avertir le modérateur

17/06/2007

Le Quoi de neuf est fier !

Oui, le Quoi de neuf est fier... d'avoir pensé jusqu'au bout, que Jean Grellier pouvait tirer son épingle du jeu ! Et ce n'est pas un point de vue partisan, mais la satisfaction d'une "analyste" du microcosme...

C'est sans doute plus la défaite de Dominique Paillé que la victoire de son challenger socialiste, mais il n'empêche : le 7-9, décidément, ne fait rien comme tout le monde. Et si nationalement, l'UMP peut garder le sourire (un poil crispé peut-être), localement, le PS mène par 3 députés à 1.

Pour le reste, vous savez.

Delphine Batho confirme son rôle de dauphine, et Geneviève Gaillard est définitivement une reine. Au point que les portes de la cité de Niort lui sont désormais grandes ouvertes... Suite au prochain épisode !

Les résultats définitifs

1ere circonscription : Geneviève Gaillard : 65,24 % ELUE - Frédéric Rouillé : 34,76 %

2e circonscription : Delphine Batho : 57,42 % ELUE - Jean-Pierre Griffault : 42,58 %

4e circonscription : Jean Grellier : 51,41 % ELU - Dominique Paillé : 48,59 %

09/06/2007

Tour de blogs

Météo 

medium_grenouille.gifLu ceci sur le blog de campagne de Geneviève Gaillard (PS, 1ere circonscription) : "Que ceux qui doutent encore de la réalité du réchauffement planétaire en soient désormais définitivement convaincus, puisqu’il fait fondre jusqu’aux estimations du nombre de députés de gauche que comprendrait la prochaine Assemblée ! On nous dit 200, puis 180, puis 150, puis 120, puis 80 !"

Un trait d'humour dû à Geoffroy Michel, ci-devant suppléant également parachuté depuis l'écurie Julien Dray/Ségolène Royal, et que Geneviève Gaillard tolère sur son blog (mais tout de même pas au point de le présenter en page d'accueil) et aux réunions publiques le temps d'être élue. Il disparaîtra sans doute vite du paysage politique local. Dommage, il a une jolie plume.

Galerie

La page d'accueil du blog de campagne de Dominique Paillé (UMP,4e circonscription) s'ouvre depuis quelques jours par trois photos.

medium_galerie.jpgIl y a Martin Hirsch, l'ex-président d'Emmaüs, qui n'aurait pas fait tout un foin lui, de la visite du président Sarkozy chez les Peupins de Mauléon sous ce fallacieux prétexte de neutralité politique. Comme l'a fait son désagréable successeur, dont la concurrence MoDem fait la promo, forcément.

Il y a Bernard Kouchner, "ex-ministre socialiste" dit la légende. Tout autre commentaire serait superfu.

Il y a surtout Hervé Morin, ex-président du groupe UDF à l'Assemblée nationale, ci-devant ministre de la Défense du gouvernement Sarkozy-Fillon. Ah oui, Hervé Morin a également créé un parti politique bidon, le Nouveau Centre, et investi pour ces législatives environ 80 candidats dont tous les membres majeurs de sa famille, son attaché de presse, son chauffeur et plus encore...

Qu'est-ce qu'il est joueur, ce Dominique Paillé ! Ben oui. Dans la famille "traîtres en politique", je voudrais...

Rideau

medium_photo_rideau.jpgDes mauvaises langues du nord Deux-Sèvres m'ont rapporté que tout signe socialiste distinctif (le mot, le logo) avait été ommis sur les derniers documents de campagne Jean Grellier (PS,4e circonscription). Apparemment, le maire de Cerizay, qui sent un vrai bon coup à jouer face à Dominique Paillé, ne veut prendre aucun risque.

Même pas celui de voir des internautes consulter son site de campagne, où "socialiste" devait bien figurer en toutes lettres,  juste avant d'aller voter demain. Il a tiré le rideau sur l'écran. Rouge, le rideau !

A demain, pour la suite des aventures de...

medium_guignolpolice.jpg

01/06/2007

Nos députés d'avant

Dans 17 jours au plus, 10 pour les plus chanceux, les quatre circonscriptions des Deux-Sèvres auront leur député (e) pour les cinq ans à venir.

Mais ceux d'avant, de maintenant, que faisaient-ils, là-bas, à l'Assemblée nationale ?

medium_actif.2.jpg"Je travaillais et d'ailleurs en voici la preuve" clame Geneviève Gaillard sur son blog. Car comme tous les premiers de la classe, la députée de Niort n'attend jamais qu'on lui pose une question pour donner la (bonne) réponse. Elle pourrait pourtant se reposer un peu, la dame, ça ne l'empêcherait sans doute pas d'être réélue. Mais ça rassurerait ses petits camarades, surtout ceux de la mairie de Niort, qui dorment, au fond, là-bas...

"Je ne faisais pas grand-chose, mais j'ai une excuse, j'ai souvent été ministre" pourrait répondre Ségolène Royal, donmedium_porte_monnaie_sos-02.jpgt on oublie volontiers localement le peu d'intérêt pour le travail parlementaire. Si la dame peut se targuer d'avoir beaucoup aidé la circonscription, ce n'est pas grâce à son mandat de députée, mais bien plutôt à ses largesses de ministre, puis de présidente de Région. Enfin, c'est surtout le Mellois qu'elle a beaucoup aidé. Delphine Batho va avoir plus de mal, la pitchoune, à arroser autant. Surtout depuis les bancs de l'opposition.

medium_seducteur.jpg"Je préparais ma réélection et croyez-moi, dans ce pays de ploucs du nord deux-sèvres, c'est un boulot de chaque instant" ne dira jamais Dominique Paillé, en bon professionnel qui sait ce qu'une carrière politique doit aux électeurs. Quitte à faire du chagrin à ceux qu'il est contraint d'abandonner en chemin. Il rame un peu cependant, ces derniers temps. A trop vouloir courir derrière un secrétariat d'Etat le président Sarkozy, le député Paillé a laissé émerger un concurrent sérieux sur son territoire. Va falloir rattraper la boulette, Dominique !

"Je faisais quoi, où ça ?" pensera à coup sûr Jean-Marie Morisset, étonné qu'on puisse lui prêter la medium_endormi300.jpgmoindre intention politique partisane. Son étiquette UMP gratte terriblement le président du conseil général, qui la met dans sa poche sauf quand il faut des sous pour payer les affiches électorales. C'est de notoriété publique, Jean-Marie Morisset travaille énormément dans les Deux-Sèvres. A Paris, il dort. C'est humain. C'est pour ça qu'il se représente pour un quatrième mandat. 

Mais on a tout de même échappé au pire. Tenez, lisez ça, sous la plume du journaliste Vincent Nouzille :

"Sous les ors du Palais-Bourbon, ils ont tenté de faire valoir leurs talents de comédiens. Pour certains, le rôle a tenu au minimalisme bergmanien. Ainsi, les six phrases lâchées en cinq ans dans l’hémicycle par l’éminent Jean de Gaulle, élu UMP de Paris, que voici intégralement : « Très bien ! Très bien ! Absolument ! À juste titre ! Ce n’est pas sérieux ! Arrêtez votre cinéma ! » Jean de Gaulle est, d’ailleurs, pris au mot, puisqu’il n’a pas été réinvesti pour les prochaines législatives par son parti, malgré ses évidentes qualités de concision…"

medium_cancre10dn.jpg

On l'a connu plus bavard, le fils de l'amiral, quand il était député de Gâtine et maire de Thénezay. Y a pas, Paris, ça ramollit... Vive le 7-9 !

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu